Club de Méthodologie - méthodroit

Cours d'initiation à la recherche et à la pédagogie universitaire (Biographie en bref)
Me Jonel DILHOMME est né au Sud d'Haïti particulièrement à Saint-Louis.

Il a grandi dans cette Ville où il fait une partie de ses études secondaires, l'autre partie à la capitale (Port-au-Prince). Récipiendaire de plusieurs bourses d’études, il obtient un diplôme de Licencié en Droit à la Faculté de Droit de l'Université d'État d'Haïti et un DEA en Science Politique à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal en Afrique de l'Ouest. De retour en Haïti en 201

Fonctionnement normal

[12/06/16]   http://mediadix.u-paris10.fr/cours/Bibliotheconomie/BT/bt6typodoc.pdf

[07/23/14]   Attention Haiti va changer, tout le monde est pour...

reussirendroit.com 23/06/2014

Méthodologie de la dissertation juridique ou dissertation de droit

http://reussirendroit.com/methodologie-dissertation-juridique-droit/

reussirendroit.com Méthodologie de la dissertation juridique – posté dans Méthodologie : la dissertation juridique. La dissertation en droit…

[06/12/14]   ''Je vous en supplie, faites quelque chose de votre vie (…), quelque chose qui vous justifie (…) parce que ce serait trop bête à la fin que tant soient morts et que vous viviez sans rien faire de votre vie.''

02/06/2014

Club de Méthodologie - méthodroit

[05/30/14]   La face cachée du Web,

Derrière les termes Web se cache une multitude sites qui ne sont pas forcément visibles ni accessibles au grand public. Alors qu’est-ce qui reste enterré dans les profondeurs du Web ? Qui s’y cache et pour quelles raisons ? L’antisèche d’RSLN vient répondre à ces questions.

Vous avez parfois l’impression qu’une recherche sur Internet s’apparente à jeter un filet dans l’océan, pour reprendre l’analogie du fondateur de BrightPlanet Mike Bergman ? Et pour cause, toutes les informations ne sont pas si facilement accessibles.

Commençons d’abord par rappeler que le Web est constitué de différentes couches, la première – et la plus visible – étant celle accessible depuis les moteurs de recherche dont les robots scrutent la toile. Ils référencent ainsi les pages statiques liées à d’autres pages. Mais il en existe d’autres plus secrètes, parfois même cachées sous la surface.

La face cachée de la toile

Il s’agit du « web profond », aussi appelé « web invisible », c’est-à-dire un Web non indexé par les moteurs de recherche.

Loin d’être anecdotique, il représente en vérité la grande majorité des pages présentes sur Internet. Il n’existe pas de statistiques officielles concernant la part que représentent ces contenus sur la toile, toutefois, Mike Bergman, dont l’entreprise crée des logiciels permettant de scruter et d’analyser les profondeurs du web, estime qu’ils seraient 500 fois plus nombreux qu’en surface. Un phénomène qu’il représente de la manière suivante :

Dans ce Web invisible se superposent différentes autres couches. On parle ainsi de « Web opaque » s’agissant des contenus Web qui pourraient potentiellement être indexés mais qui ne le sont pas. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène : la complexité de la conception des pages, la nécessité d’une authentification…

On considère d’un autre côté le web privé comme les pages web dont l’accès aux robots des moteurs de recherche est refusé par l’administrateur. De fait, il est impossible d’y avoir accès par leur biais mais le site peut rester accessible aux internautes, comme c'est le cas pour les sites des campus d'universités par exemple.

Que se passe-t-il dans le « Web profond » ?

Mais que se passe-t-il précisément sur le « web profond » ? Outre les échanges les plus illégaux et les plus immoraux du terrifiant « Dark Web », le « web profond » est un espace de création incroyable ayant créé ses propres outils en ligne.

Hidden Wiki y prend ainsi la place de Wikipédia, et Torgle celle des moteurs de recherche. Mais s’y développent aussi des objets web nouveaux tel que Silk Road, la place de marché qui met en contact acheteurs et vendeurs de manière anonyme. Celle-ci mobilise par ailleurs le bitcoin, monnaie électronique autonome qui n’est soumise à aucune réglementation du système monétaire international.

N’importe quelle marchandise peut donc faire l’objet d’un échange, jusqu’aux plus illégales notamment les armes qui ont ensuite été bannies des transactions.

Un point commun à ces différentes pratiques mérite d’être soulevé : l’utilisation du réseau Tor ou « le routeur oignon ». Celui-ci se compose de « couches » successives de routeurs permettant de naviguer anonymement.

Autre objet surprenant présent dans le « web profond » : la bibliothèque en ligne d’Alexandrie. Une bibliothèque crowdsourcée qui permet à chaque internaute de déposer le livre qu’il souhaite et de récupérer celui qu’il veut.

De quoi relativiser la vision anxiogène du « Web profond » comme « l’espace d’échange privilégié des criminels ».

Sylvain Abel et Camille Gicquel le 29/08/2013
Source:http://www.rslnmag.fr/post/2013/08/29/antiseche-web-profond-plongez-dans-la-face-cachee-dinternet.aspx

[05/30/14]   Le Web invisible, cet inconnu...
lsoron.free.fr Commenter

Page principale \ Les Dossiers \ Web invisible

Ce document est sous license Creative-Common (by-nc-sa) - L'intégralité de ce dossier est téléchargeable ici. (15ko.)

Ces informations proviennent d’échanges de la liste Veille (http://www‌.yahoogrou‌pes.fr/gro‌up/veille/) au cours du mois d'avril 2000.

Problématique

Il faut tout à bord considérer L’Internet comme l’univers : constamment en expansion. Dans les deux cas, il nous faut utiliser des outils pour répertorier, classer, indexer les nouvelles découvertes. Sur l’Internet, les annuaires et les moteurs de recherche remplacent les télescopes, mais comme lui, ils "scrutent" constamment l'horizon à la découverte de nouveaux éléments.

La différence fondamentale est qu’Internet est " un peu " organisé. Il peut se décomposer en sites (eux-mêmes découpés en sous-parties...) que les spiders des moteurs indexent inlassablement. On peut considérer les spiders comme des automates qui remplissent les bases de connaissances des moteurs (certains moteurs/annuaires... partagent les mêmes bases). Bases qui seront mises à contribution pour répondre aux requêtes des utilisateurs des outils de recherche.

Introduction

Mais ces spiders ne sont pas capables d’indexer tous les éléments qu’ils peuvent trouver. De fait, ils laissent de côté un grand nombre de documents :


Tout d’abord, tous les fichiers ne sont pas indexés : impossible donc de trouver un document (de traitement de texte, tableur...), une animation (Flash), un fichier Pdf... Seuls les fichiers musicaux (MP3, midi), images (gif, jpg...) et documents au format HTML (bientôt ceux au format XML) sont " correctement " indexés.

Les spiders n’indexent pas la totalité des sites qu’ils visitent : ils choisissent quelques liens, et au mieux indexent un niveau de l’arborescence. D’où l’importance des fameux " metatags " et de la page d’accueil... De même les annuaires refusent plus de sites qu’ils n’en acceptent (pour ne garder que les plus représentatifs). Si un site n’est pas référencé et qu’aucun autre site ne pointe sur lui, il est tout simplement introuvable....

Une bonne partie des sites sont trop nouveaux ou n’ont pas fait la démarche du référencement pour être présent dans les bases des outils. Par exemple, certaines parties des sites des universités.

Il est courant désormais de consulter des pages dites " dynamiques " (.asp, .php, .pl...), c’est à dire créées par un script (perl, php, python...). Certaines pages sont générées par des scripts à partir des informations d’une (ou plusieurs) base(s) de données. Les spiders étant incapables de tester toutes les solutions, ces pages restent invisibles si on se contente des outils classiques.

Les pages d’un site peuvent être " interdites de référencement ". En utilisant un fichier " Robots.txt " (http://inf‌o.webcrawl‌er.com/mak‌/projects/‌robots/faq.html), il est possible d’interdire le référencement de tout ou partie d’un site aux moteurs de recherche. Pensez à toutes les données confidentielles d’une entreprises (dans le cas d’un extranet par exemple).

L'information est mal indexée par le moteur. L'algorithme utilisé n'a pas été n'a pas jugé pertinente la page visée par-rapport à la requête.
Enfin, il faut ajouter à tout cela "les informations sur lesquelles on tombe en cliquant sur certaines bannières publicitaires; en naviguant souvent sur Internet; en tapant, intentionnellement, une fausse URL [Adresse d'un site Internet],...Bref chacun de nous est potentiellement détenteur d'une partie du Web invisible".
En résumé, le Web invisible correspond à l’ensemble des documents (textes, vidéos, images...) qui n’est pas indexé par les outils de recherche (moteurs, annuaires...). Ces données peuvent être soient de nature non indexable (animations), non référencées (volontairement ou non), ou dynamiques.

On peut estimer que la part de l’invisible du Web s’élève à 30-35% du contenu total.

Heureusement pour nous, une palette d’outils est disponible pour exploiter tout ce nouvel univers:


http://urf‌ist.univ-l‌yon1.fr/gr‌atuits.html : Une référence dans les domaines de la santé et de la médecine. A voir aussi, des astuces pour interroger Altavista à propos des bases de données.
http://www‌.invisibleweb.com/ : Le site classique pour commencer une recherche dans ce domaine.
Le All-One-Search (http://www‌.allonesearch.com/) : "le plus ancien de ces outils de recherches en bases de données il vous permet de chercher à l'intérieur de différentes bases de données (en électonique ou informatique notamment) sinon c'est un croisement entre le moteur de recherche sur les prix de produits, les sources internet. Difficile à appréhender."
Argus Clearinghouse (http://www‌.clearinghouse.net/ ) : "le plus connu des outils du web". Défaut : pas de définition ou de résumé des bases de données.
Alpha search (http://www‌.calvin.ed‌u/library/‌searreso/i‌nternet/as/) : un autre outil bien réalisé. Il est possible de préciser si on cherche une base de donnée, un document officiel ou un journal. (pas de recherche avancée.)
Site international des bibliothèques. ( http://www‌.lights.co‌m/webcats/ )
Bubl Link (http://bubl.ac.uk/link/) : (L'outil intègre des milliers de liens de bases de données mais aussi de sites fondamentaux. Un outil à avoir dans ses favoris.
Infomine (http://inf‌omine.ucr.‌edu/main.html) : un "délicieux et gigantesque bric à brac...". "Créé par l'Université de Californie il s'agit d'un travail intéressant et titanesque à avoir dans ses favoris."
http://lii.org/ : La librarians index de l'Université de Berkeley. Elle inclut "les listes de diffusion, les sources majeures, les encyclopédies et les dictionnaires" (peu pertinent sur les deux derniers).
The Internet Public Library (http://www.ipl.org)
Un répertoire de périodiques (http://www.publist.com/). L'intérêt principal de cet outil est que les sites sont bien classés avec une fiche technique et descriptive.
The Scout Report Signpost (http://www‌.signpost.‌org/signpost/) : site créé par l'Université du Wisconsin, la National Science Fundation et la Library du Congrés. "Très mauvais pour les sujets scientifiques mais très bon pour les sujets historiques".
Librarians' Index to the Net (http://sun‌site.berke‌ley.edu/In‌ternetIndex )
http://www‌.coalliance.org/ : un programme d'universités américaines regroupant leurs ressources documentaires. "Des ressources en bases de données, références d'articles et Newsletters". "Trop mal organisé sur ce sujet mais très bon pour localiser des journaux électroniques".
NewJour (http://gor‌t.ucsd.edu/newjour )
Electronic Journal Access (http://www‌.coallianc‌e.org/ejournal )
The Big Hub (http://www.thebighub.com )
Strategic Road (http://www‌.strategic-road.com ) : ce site vous propose de réaliser vos recherches par thèmes.
The WWW Virtual Library (http://www.vlib.org )

Des explications sur le fonctionnement :

Les annuaires contiennent aussi des références. Par exemple :


http://dir‌.lycos.com‌/Reference‌/Searchabl‌e_Databases : Plus d'une dizaine de thèmes et plus 380 millions de pages référencées et organisés.

Ce document est sous license Creative-Common (by-nc-sa)

Note: Ce site n'est plus mis à jour. Consultez Arnest.net pour plus de dossiers et d'informations.

30/05/2014

Web invisible : bibliothèques en ligne, on-line

http://c.asselin.free.fr/french/webinvisible4.htm

c.asselin.free.fr Web invisible, caché, bibliographie, articles, études, bases de données gratuites ou payantes, outils et moteurs de recherche spécialsiés invisible web, bibliothèques en ligne, serveurs spécialisés

30/05/2014

outils et moteurs de recherche spécialisés invisible web - Web invisible, web caché : moteurs de rec

UBUNTU

http://c.asselin.free.fr/french/webinvisible2.htm#outils

Notre révolution positive c'est maintenant!

c.asselin.free.fr Web invisible, caché, outils et moteurs de recherche spécialisés invisible web, bases de données gratuites ou payantes, bibliothèques en ligne, serveurs spécialisés

[05/30/14]   l'Enseignement supérieur doit-être de très haut niveau , ceux qui veulent qu'on baisse le niveau doivent faire un autre choix...

25/05/2014

ww2.ac-poitiers.fr

http://ww2.ac-poitiers.fr/ia17-pedagogie/IMG/pdf/Livret_recherche_documentaire_sur_Internet.pdf

ww2.ac-poitiers.fr

votre-efficacite-personnelle.com 14/05/2014

Gagnez-vous ou perdez-vous du temps ?

http://www.votre-efficacite-personnelle.com/gagnez-vous-ou-perdez-vous-du-temps/

votre-efficacite-personnelle.com share Retrouvez-moi sur Google + Vous pouvez aussi lire : Et si vous preniez le temps grâce à l’autosuggestion. Prenez le temps du bonheur et de la joie de vivre avec Abba! Gagné temps, efficacité, énergie et santé en arrêtant de fumer

[03/07/14]   http://web.umoncton.ca/umcm-longd01/TheorixDownload/module6.pdf

[02/18/14]   MéthoDroit

histoire-cnrs.r***es.org 03/02/2014

La recherche fondamentale, source de tout progrès

http://histoire-cnrs.r***es.org/9141

histoire-cnrs.r***es.org La recherche fondamentale a pour principal objectif la compréhension des phénomènes naturels, la mise en place de théories ou de modèles explicatifs. Elle s’intéresse, par exemple, à la façon dont les atomes s’organisent pour former des molécules ou dont les virus trouvent la « clé » des cellules po...

[02/03/14]   Résumé

La recherche fondamentale a pour principal objectif la compréhension des phénomènes naturels, la mise en place de théories ou de modèles explicatifs. Elle s’intéresse, par exemple, à la façon dont les atomes s’organisent pour former des molécules ou dont les virus trouvent la « clé » des cellules pour les envahir. De son côté, la recherche appliquée se concentre sur la mise au point de nouveaux objets (logiciels, vaccins, médicaments...) ou sur l’amélioration de techniques existantes, comme la téléphonie mobile. Si une telle activité aboutit souvent à des progrès significatifs, c’est pratiquement toujours la recherche fondamentale qui est à l’origine des découvertes réellement innovantes ou des sauts qualitatifs dans les performances techniques. De nombreux exemples issus de l’histoire des sciences, notamment en physique et en biologie, permettent d’illustrer cette affirmation.

reussirendroit.com 03/02/2014

Méthodologie de la dissertation juridique ou dissertation de droit

http://reussirendroit.com/methodologie-dissertation-juridique-droit/

reussirendroit.com Méthodologie de la dissertation juridique – posté dans Méthodologie : la dissertation juridique. La dissertation en droit…

[02/03/14]   Qu’est-ce que la RECHERCHE?

La recherche scientifique est un processus dynamique ou une démarche rationnelle qui permet d‟examiner des phénomènes, des problèmes à résoudre, et d‟obtenir des réponses précises à partir d‟investigations. Ce processus se caractérise par le fait qu‟il est systématique et rigoureux
et conduit à l‟acquisition de nouvelles connaissances. Les fonctions de la recherche sont de décrire, d‟expliquer, de comprendre, de contrôler, de prédire des faits, des phénomènes et des conduites.
La rigueur scientifique est guidée par la notion d‟objectivité, c‟est-à-dire que le chercheur ne traite que des faits, à l‟intérieur d‟un canevas défini par la communauté scientifique.

03/02/2014

http://www.travailsocial.uqam.ca/Profil/Document/Guide_TS_v1.2_H2013.pdf

http://www.travailsocial.uqam.ca/Profil/Document/Guide_TS_v1.2_H2013.pdf

travailsocial.uqam.ca

implications-philosophiques.org 30/01/2014

Empirisme et théorie de la connaissance – Recension | Implications philosophiques

http://www.implications-philosophiques.org/recensions/empirisme-et-theorie-de-la-connaissance-recension/

implications-philosophiques.org Empirisme et théorie de la connaissance peut se concevoir comme un premier jalon dans la production philosophique d’André Charrak, comme une étape à laquelle l’auteur opèrerait une sorte de retour, synthétique et critique, sur un ensemble de recherches consacrées à l’âge classique.

[01/27/14]   Mes chèrs-es amis-es,

À l’aube d’un monde nouveau qui est résolument en train de naître, souhaitons-nous une année 2014 pleine d’évolutions bénéfiques, de bonheurs indicibles, de compréhension sagace, de valeurs humanistes, de créativité profitable à tous.

Sincèrement vôtre!

info.sio2.be 26/11/2013

Internet est comme une bibliothèque publique

http://info.sio2.be/infobase/13/1.php

info.sio2.be Quand tu es en possession de ton document imprimé ou que tu as l'accord du professeur, passe à la page suivante.Vers la page suivante

26/11/2013

Club de Méthodologie - méthodroit's cover photo

Untitled Album 25/11/2013

Untitled Album

25/11/2013

Club de Méthodologie - méthodroit's cover photo

[11/25/13]   Qu’est-ce-que la recherche documentaire ?

C’est une démarche systématique, qui consiste à identifier, récupérer et traiter des éléments
divers (chiffres, bibliographie, textes...) sur un sujet donné.

Cette identification des informations est une étape indispensable à toute synthèse des connaissances et r***e de la littérature dans le domaine médical, comme dans d’autres domaines.

Cette démarche doit être la plus pertinente possible et tendre vers l’exhaustivité.

Emplacement

Type

Téléphone

Adresse


Blv Des 4 Chemins
Ville Des Cayes
Autres écoles à Ville des Cayes (voir toutes)
PHILO TOPAZ(PRADEL POMPILUS)PROMO 2011_2012 PHILO TOPAZ(PRADEL POMPILUS)PROMO 2011_2012
CHARPENTIER #58
Ville Des Cayes

C'EST LA PHILO TOPAZ DU PROMO 2O11-2012 DU CPP....."NOUS SOMMES NES POUR ETRE DE GRAND CHOSE"

Lycée Philippe Guerrier Des Cayes-LPHG Lycée Philippe Guerrier Des Cayes-LPHG
Ville Des Cayes, HT8110

Bien vous éduquer c"est notre mission