Collège PIE X - Institut Kambali

Collège PIE X - Institut Kambali

Ici vous trouverez toutes les infos concernant le Collège PIE X.

Fonctionnement normal

[12/15/17]   Collège saint Pie X (1959)

Jusqu'aux années 1960, le diocèse de Butembo-Beni n'avait aucune école secondaire avec une option scientifique. Il ne possédait que trois futures écoles normales à cycle complet et un petit séminaire. Dans les années 1947, les missionnaires réclamèrent un collège. Mais, le vicariat de Beni souffrait d'un manque de personnel qualifié et de fonds nécessaires pour un tel établissement.

Le 16 septembre 1959, la Vice-province assomptionniste du Congo se décida finalement, après l'agrégation de l'Institut par le Gouvernement général de la Colonie du Congo-Belge, d'ouvrir le collège saint Pie X de Butembo ou Institut Kambali à partir de 1972. Ce collège fut placé sous la direction du Père Willibrord Muermans, récemment arrivé d'Europe, à la grande déception de plusieurs Pères disponibles pour oeuvrer dans cette école. Assisté par le Père Maurice Lejeune, le collège débuta provisoirement dans l'ancien hôpital de la mine à Kitatumba avec la section gréco-latine.

Ce nouvel établissement commença pauvrement sans personnel ni moyens financiers. Au cours de l'année 1960-1961, le Père Willibrord Muermans reçut une nomination pour la paroisse de Kyondo et le Père Maurice Lejeune prit la direction de l'école. Ce directeur fut aidé par monsieur Hauben engagé sur place. Mais, en 1961, ce professeur se décida de rejoindre sa famille déjà réfugiée en Belgique à cause des troubles de l'indépendance.

Il ne resta que le Père Directeur et le Frère Raymond Wanim qui s'occupait de la partie matérielle de l'école dont le nombre venait de passer de 36 à 65 élèves. Entre temps, la situation financière s'aggrava à cause de la disparition du crédit de construction qui disparut lors de la tourmente des années de l'indépendance. Le collège resta sans bâtiments avec un personnel réduit de moitié.

En 1965, les manuels scolaires furent réunis mais les produits du laboratoire étaient difficiles à trouver. Les hangars des magasins cédés gratuitement par la société des Mines des Grands Lacs (M.G.L.) ne remplissaient pas les conditions des salles propres à une institution scolaire. Bien plus, il fallait toujours les entretenir et les transformer. La situation financière restait précaire car le Gouvernement congolais ne respectait pas ses engagements financiers .

Depuis 1960, le collège bénéficiait d'une aide, en nature ou en argent, provenant de la Procure des Missions de Bruxelles, de la procure diocésaine, du Gouvernement congolais, de la paroisse de Bunyuka, duCatholic Relief Service, et des dons généreux des missionnaires. Mais, ces subsides ne pouvaient combler les besoins d'une école en ses débuts surtout qu'il fallait constamment aménager des hangars et magasins non bâtis à des finalités scolaires.

Les besoins des bâtiments dignes d'un collège, l'équipement d'un laboratoire de chimie et de physique, une bibliothèque, une chapelle, le mobilier scolaire, le matériel de cuisine pour un internat, les professeurs à chercher et à rémunérer restaient les soucis permanents des responsables de l'institut. Pourtant, le collège voulait répondre à un besoin réel du diocèse et du pays qui n'avaient pas d’élite non seulement suffisante mais aussi formée.

Par ailleurs, les enfants de la contrée étaient abandonnés à eux-mêmes après l'école primaire à cause du manque d’écoles secondaires et surtout à cause de leur refus de vaquer à la vie villageoise dont l'école, dans leur pensée, venait de les émanciper. Le collège voulait donc aider les jeunes à poursuivre leur développement intellectuel et chrétien en maintenant un cycle d'orientation, en établissant des sections littéraires, de biochimie, de math-physique et, au besoin, une section commerciale .

Malgré la nécessité d’un collège, certains obstacles demeuraient chez les membres de la curie généralice de la Congrégation des Augustins de l'Assomption. D'abord, du point de vue religieux, il fallait que le collège réponde aux besoins de la Congrégation, de l'Eglise de Beni et du pays en général, à savoir la formation d'un laïcat chrétien, des vocations sacerdotales et religieuses assomptionnistes.

Le collège se prêtait donc à devenir un lieu de recrutement des vocations religieuses car les missionnaires ne pouvaient pas espérer recevoir des candidats provenant du petit séminaire de Musienene malgré la présence des Assomptionnistes au sein de cette institution destinée à former un clergé diocésain.

A cette période où le diocèse souffrait d’une pénurie de personnel, accepter un séminariste comme aspirant à la vie religieuse aurait été perçu par le clergé diocésain comme un détournement des vocations. Les Assomptionnistes eux-mêmes passeraient outre les exhortations du Saint Siège encourageant les missionnaires des congrégations religieuses à implanter d’abord l’Eglise locale pour la compléter ensuite par la vie religieuse et contemplative. C’est pourquoi les missionnaires, en parlant du collège, pensaient plutôt à un alumnat.

Au problème de la destination du collège, s'ajoutait celui de son statut dans le diocèse. A qui appartiendrait le collège si les missionnaires trouvent des fonds en provenance de la Congrégation ou des organismes qui aident matériellement les pays sous développés ? Par ailleurs, dans le cas où il y aurait une éventuelle nationalisation de l'école, faudra-t-il le céder au diocèse ou à l'Etat ?

Dans un premier temps, la Congrégation, devant ces questions capitales, se montra neutre et quelque peu désintéressée car elle ne trouvait aucune différence à céder le collège au diocèse ou à l'Etat. Dans le dessein d'éviter des ennuis, probablement d'ordre économique et relationnel avec Mgr Emmanuel Kataliko, elle s'engagea à construire le collège . Mais, soudain, l'Assomption opta pour l'autonomie vis-à-vis du diocèse quand le Père Leander de Leeuw, assistant général, affirma :

‘« Vu la mentalité des abbés par rapport aux vocations assomptionnistes, il me semble mieux que nous restions entièrement autonomes sur ce terrain et une certaine dépendance de l'Etat est peut-être à préférer à une dépendance vis-à-vis du diocèse. Cela peut éviter aussi des ennuis à Mgr Kataliko qui est pleinement favorable à l'Assomption, mais est, par le fait même, peut-être en même temps vulnérable aux yeux des abbés ».’

Cette tendance à l'autonomie du collège fut motivée par le désir de promouvoir les vocations religieuses dans le diocèse. Mais, entre temps, la Congrégation espérait que l'Etat intervienne, en partie, dans cette école en payant les professeurs et en pourvoyant au programme scolaire. Derrière ces indécisions émerge la difficulté à appliquer la Convention bilatérale signée en 1965 entre le diocèse de Beni-Butembo et l’Assomption sur les œuvres propres (l’industria propria) de chaque institution ecclésiastique.

Le Père Willibrord, Vice-provincial du Congo dénonça cette perplexité des missionnaires quand il écrit au Père Leander de Leeuw :

‘« Il n'est pas toujours facile de faire comprendre à certains religieux que le diocèse et la Vice-province sont deux institutions différentes qui doivent travailler en étroite collaboration, mais qui ne peuvent pas se confondre. La théorie n'est pas difficile, mais la pratique (...) pose des problèmes qu'il faut résoudre petit à petit ».’

Néanmoins, en 1966, la Vice-province n'avait pas encore reçue une personnalité juridique distincte du diocèse devant le gouvernement. C’est pourqui, l’accord de l’évêque avec son clergé s’avérait indispensable dans cette entreprise. Outre cette question juridique, des interrogations surgissaient au sein de la curie généralice des Assomptionnistes sur les études, la structure de l'enseignement au Congo, la direction d'un collège devant la loi, et sur des sentiments nationalistes. Fallait-il désigner à la direction de ce collège un autochtone, le Père Jérôme Masumbuko, un Français ou un Hollandais?

Devant ces tergiversations, la Vice-province du Congo étudia dans son conseil du 5 décembre 1966, les modalités pour commencer les constructions du collège. Parmi les conditions favorables recueillies des missionnaires, le conseil de la Vice-province souligna d'abord la nécessité du collège en face de l'athénée de Butembo qui était l’unique école secondaire à pourvoir à la formation générale des élèves de la cité. Il fallait donc poursuivre ses études à Goma ou à Bunia soit respectivement à 325 km, et 250 km de Butembo. Ce qui était trop onéreux pour des familles pauvres.

Par ailleurs, du point de vue financier, le diocèse avait temporairement confié la paroisse de Bunyuka aux Assomptionnistes lors de la signature de la Convention bilatéraleentre le diocèse et l’Assomption. La Vice-province se saisit de cette opportunité pour se mettre à l'oeuvre car cette paroisse pouvait grandement aider pour les constructions avec sa briqueterie, sa menuiserie, et sa tuilerie.

Bien plus, les bâtiments cédés par la société des Mines des Grands Lacs.(MGL) ne répondaient pas aux conditions viables d'une école selon les exigences du gouvernement. Même les dortoirs et la chapelle se trouvaient à deux kilomètres de l'école. En outre, du point de vue financier, l’avenir semblait prometteur à cause de la promesse de subsides de la part des gouvernements congolais, et hollandais, du Commissariat général des Missions et de l’Entraide et Fraternité Belgique, et à cause des modifications du plan initial du collège en supprimant l’étage.

Enfin, la Vice-province, en 1965, venait de s'engager à acheter un vieil hôtel, propriété d’un Belge, Charles de Leuze, Guest-house (guestouse dans la langue vernaculaire), pour la future fondation du collège. Ces raisons incitèrent le Père Wilfrid Joseph Dufault à autoriser la Vice-province du Congo à acquérir une propriété, dite Guest-house lui accorda la possibilité de prendre de la caisse commune de la Vice-province l’argent nécessaire pour l’achat du terrain.

En 1967, aussitôt après l'établissement du collège Pie X, devenu Institut Kambali, la question du nationalisme se posa avec acuité. La Vice-province dut nommer un autochtone, le Père Jérôme, à la direction de cette école , qui en 1972, souffrira aussi de la zaïrianisation. En trois ans, le collège connut successivement quatre Préfets laïcs. Ce n'est qu'en 1977 que le Gouvernement zaïrois remit toutes les écoles catholiques entre les mains de l'épiscopat. Le Père Charles Mbogha, deuxième religieux autochtone, en prit la direction, suivi du Père Makuta Théophile en 1983, et de Ernest Kavughe à partir de 1986.

Les professeurs de ce collège travaillent en étroite collaboration avec les Pères assomptionnistes et s’évertuent à poursuivre les objectifs de cette institution que Mgr Emmanuel Kataliko rappela dans son homélie du 17 septembre 1985, lors du jubilé d'argent de l'école. Il évoqua le but de l'éducation chrétienne en termes de formation humaine intégrale, permettant l'insertion du savoir dans une conception pleinement humaine de l'existence. Il encouragea les enseignants et leur rappela leur rôle de dispensateurs de la science et de formateurs de consciences.

L'Institut Kambali connaît une célébrité sans égal dans le diocèse de Butembo-Beni par sa discipline et la qualité de l'enseignement. A cette formation humaine s'ajoute une formation religieuse remarquable. Par ailleurs, l'Institut Kambali est devenu une pépinière des vocations religieuses tant féminines que masculines.

En 1986, ce collège connut une extension à cause de la surpopulation de l'école. Entre temps, l’Assomption voulut répondre à une nécessité du moment : rendre l’école proche du milieu des élèves. Les Assomptionnistes venaient d'acquérir à Mahamba, en 1985, un terrain qui était fort convoité par les chefs locaux. Devant ce danger réel de perdre cette concession, la province assomptionniste du Congo décida d’y procéder à l’extension du collège.

Mais, une année plus tard, Monsieur Alex, agent du SECOPER au service de l'enseignement national vint visiter toutes les écoles de la région. Il s'opposa au désir de créer une extension mais exigea dans l'immédiat son autonomie, sous peine d’être supprimée. Cette décision, qui fut perçue comme un excès de rigueur, se trouve aux origines de l’Institut Technique Industrielle et Mécanique de Mahamba (ITIMA).

Après cette mesure, la province assomptionniste du Congo, responsable du collège, ne trouva plus la nécessité de dédoubler les sections de mathématique et physique, de biochimie et de littérature dans cette nouvelle école située dans une même ville. Comme elle possédait des machines en Europe, le Supérieur provincial, le Père Théodard Steegen, proposa que, dans un premier temps l'Institut ait une orientation auto-mécanique durant quatre ans. Mais la Province, insatisfaite de ce premier élan s’engagea plutôt à ouvrir un cycle complet de mécanique générale qui dure six ans..

Au terme de son mandat, en 1992, le Père Giulianno Riccadona, devint le Supérieur provincial assomptionniste du Congo. Il demanda la section d'électricité générale qui complète la mécanique. Au bout de tractations avec la Coordination des Ecoles Conventionnées Catholiques et la Sous-Division des Ecoles de l’Etat, l’Assomption ouvrit cet Institut Technique Industrielle et Mécanique de Mahamba.

Cette école répond aux besoins pratiques des citadins . Elle a été reçue par la population locale comme une évolution dans l’enseignement qui ne privilégie plus l’unique aspect théorique dans la pédagogie, les humanités littéraires et scientifiques. Les élèves cette école, dans une contrée en pleine mutation industrielle, sont d’un grand secours à la population locale. Ils sont les dépanneurs des motos et des véhicules, et des installateurs d’électricité dans les maisons de la ville de Butembo. Ces services rendus, bien que faiblement rémunérés, les aident à contribuer à leur scolarisation.

- - -

《 N'oublie pas d'où tu viens 》

#Admin

[08/13/15]   Nous connaissons enfin les resultats des finalistes collegiens aux EXETAT/2015. Des 100% magnifiques des #Littéraires aux 82% de #Kahindo_Kalumbete_Benedicte, nous felicitons tous les lauréats de toutes les sections confondues et nous disons encore une fois fiers d'etre collegiens. Pour ceux qui n'ont pas pu satisfaire, bon courage à travers nos couloirs. Aux cadets,nous demandons de suivre le modele collegien.

[07/02/15]   Chers amis, chers collegiens, Rendez-vous aujourd'hui sur la sainte colline pour le constat des résultats.
#Mat

[06/25/15]   À tous les fans de la page... Nous vous prions d'interagir avec la page. Au risque ee la voir disparaitre.
Laissez un (y) ou un commentaire quand vous la visitez.
Merci

#Admin

[06/22/15]   Bonne chance à tous nos finalistes.

#Exetat2015 #1OO% :)

[05/24/15]   Voilà que cette année tend vers sa fin. Demain commence la derniere ligne droite, où tout peut encore se jouer. Certains pourront sortir du gouffre, d'autres, s'effonceront...
Il est temps de sortir vos dernieres cartes. Celles qui vous feront avancer, ou pas. Quoi qu'il en soit, surtout, continuez à perseverer.
" Les plus grandes victoires sont celles qui etaient perdues d'avance "

Bonne chance à tous!

#Admin

[05/20/15]   Voilà qu'une année ayant commencé comme tant d'autres s'achève petit à petit. La course à la montre est finie, le moment où le temps va sembler s'arreter approche à toute allure vers les #malheureux. Seulement, nous felicitons deja ceux qui ont pu briller chacun à sa façon et disons courage à ceux pour qui l'heure n'etait pas à la gloire. #La fermeture_d_une_porte_entraine_l_ouverture_d_une_autre. A tres bientot ....

[05/08/15]   Dès Lundi, les plus vigilants pourront confirmer leur place dans les classes supérieures. Rien que 24 jours avant la fin de l'année. Je souhaite à tou(te)s les collegien(ne)s une bonne fin d'année........ A suivre

[04/07/15]   Les résultats de la 3e période de cette année sortent ce jeudi. Bonne chance à tous et surtout courage à ceux qui n'ont pas atteint la moyenne requise. C'est le dernier virage qui commence. Courage

[11/05/14]   Aujourd'hui la grande famille de l'INKA connait un evenement qui, à l'accoutumée, pousse certains à la fuite et à la ruine. Que ceux qui n'y sont pas arrivés se retrouvent dans leur bain dès Lundi pour le 2è ROUND. Salut la Mifa

[07/28/14]   Les résultats du N-K sont enfin sortis...
Plus d'info dans les prochaines heures
#Exetat2014

#Admin

23/07/2014

#Exetat2014

(Source : Assez fiable)
#Admin

[07/22/14]   Avec un taux de réussite de 58% dans la ville province de Kinshasa, soit une augmentation de 4% par rapport à l'année passée, peut-on dire que l'éducation en #RDC est en évolution?
#Exetat2014

#Admin

[07/22/14]   Info : La province du Katanga est sur le poduim, tandis que celle du Maniema ferme la marche du classement final des résultats généraux de l'Exetat Edition 2014.
#Exetat2014

(Source : Assez fiable)
#Admin

[08/07/13]   Chers élèves de l'Institut Kambali,Un communiqué est disponible ds le groupe:les amis de patient sawala.

[08/07/13]   J'aimerais bien que l'hymne du collège de la rentrée scolaire 2013-2014 soit en mémoire de notre cher fr et ami Patient Sawala.

#KMM

[08/06/13]   L'Institut Kambali a la profonde douleur d'annoncer aux élèves et parents la mort de l'élève Sawala Patient de 6e BC. Que son âme repose en paix.

#MMK

Emplacement

Adresse

Butembo

Heures d'ouverture

Lundi 07:00 - 16:00
Mardi 07:00 - 16:00
Mercredi 07:00 - 16:00
Jeudi 07:00 - 16:00
Vendredi 07:00 - 16:00
Samedi 07:00 - 16:00
Autres écoles à Butembo (voir toutes)
Institut Mgr Kataliko Institut Mgr Kataliko
Adresse
Butembo, BP: 27

une page des petits KATALIKO exposée au grand public de facebook.

Institut makerere/collège Saint-pierre. Institut makerere/collège Saint-pierre.
Q.Kalemire
Butembo, 322BUTÉMBO

Page Oficielle De L 'Institut Makerere Par Les Élèves pour promouvoir les activité del'ecole

Complexe Scolaire Socapi de Butembo Complexe Scolaire Socapi de Butembo
Butembo
Butembo, 320

pas de développement sans éducation

Institut de Katwa - INSKA Institut de Katwa - INSKA
Butembo, 38

cette page vous met en contact avec tous les ressortissants de l'Institut de Katwa partout où ils sont dans le monde; les news de l'INSKA

école de l'unité école de l'unité
Kitulu
Butembo, 0049

La page appartient à l'école de l'unité.

Institut Marconi Institut Marconi
Butembo
Butembo, 422

R.D.Congo,Nord-Kivu, Ville.Butembo,Com.kimemi,Q.vutetse,Cel.lusando.l'ecole technique d'information et d'application.

Université Catholique du Graben UCG Université Catholique du Graben UCG
UCG
Butembo, 29

Promouvoir et mettre en premier plan les activités de l'UCG

Institut Technique Industriel Mahamba Institut Technique Industriel Mahamba
Butembo

Organise les options suivantes: Electronique, Electricité, Mécanique génerale, Mécanique automobile et Imprimerie

Collège kambali Collège kambali
Congo Ya Sika
Butembo, 123456